Précarité énergétique : des logiques relationnelles à prendre en compte

75% des personnes impactées par le coût de l’énergie sont en situation de fragilité financière installée : chômage, non-imposition, monoparentalité, temps partiel. Mais au-delà des critères sociodémographiques, des événements ponctuels viennent souvent déséquilibrer leur écosystème. Des éléments essentiels à intégrer dans les réponses proposées quant à la précarité énergétique.

« C’est vrai que, depuis que mon mari est décédé… c’est pas facile. Et c’est vrai que j’ai encore la maison à payer. Cette maison on l’avait achetée sur deux salaires. »

Les événements qui viennent accentuer la fragilité des situations installées – ou fragiliser des situations qui ne l’étaient pas – sont très majoritairement des événements liés à l’entourage des personnes et plus spécifiquement à leur vie familiale (70%) : Divorce ou séparation (46%), décès du conjoint (22%), décès d’un enfant (1,10%), décès autres (0,90%). La santé et l’emploi viennent ensuite à hauteur de 15% chacun.

précarité énergétique

Les relations de la personne peuvent donc être une des composantes à l’origine de la difficulté à affronter la dépense énergétique. A l’inverse, les frais liés à l’énergie peuvent aussi être amortis ou accentués par l’écosystème de la personne:

« Ben écoutez, comment je m’organise ? C’est simple. J’ai une sœur qui est absolument formidable qui me dépanne tant qu’elle peut. J’ai ma pauvre gamine qui m’achète de temps en temps des boîtes de conserves. De temps en temps je me réveille le matin et je vois qu’elle est déjà passée et m’a laissé quelques boîtes de conserves dans la cuisine. »

On ne peut donc pas comprendre certains déséquilibres budgétaires liés à l’énergie sans prendre en compte les valeurs affectives et morales attenantes. Préserver une certaine image de soi, garder la face, conduit parfois à ne pas mobiliser certaines aides. Le raisonnement économique est parfois absent. Non que ces personnes ne soient pas rationnelles. La rationalité mobilisée est uniquement la rationalité relationnelle et identitaire.

A lire également : Etude DOMPLUS, la précarité énergétique, des personnes confrontées à des difficultés plus larges

Sources : Etude Précarité Energétique de DOMPLUS – Avril 2016

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !