Denis Castin, cofondateur de l’association « Toit à moi » : Un SDF a besoin d’un logement et surtout d’un déclic pour changer de vie

Enfant, Denis Castin était révolté par le fait que « des personnes comme lui » puissent vivre dans la rue, sans-être vraiment aidées.

Devenu adulte, toujours indigné par le manque de réponse de la société, il souhaite s’engager pour cette cause. Alors en 2007, il se lance et crée « Toit à moi » avec un collègue Gwenaël Morvan, pour mettre en application une idée d’aide concrète qu’il a eu : « se rassembler à plusieurs pour loger des personnes sans-abri ». L’association s’emploie ainsi à acheter des appartements pour loger des SDF en mettant le paquet sur l’accompagnement.

L’idée de « Toit à moi » est bien-sûr d’aider des personnes sans-abri en leur offrant, d’abord, un logement. Les dons réguliers de parrains ont déjà permis l’achat de neuf logements à Nantes. L’association se refuse bien-sûr à être un simple guichet d’enregistrement permettant de mettre une personne à l’abri. Concrètement, une personne doit être soutenue pour résoudre diverses problématiques: problèmes de santé, d’addiction, psy, familiaux ou financiers. Ce sont des entreprises du territoire qui s’engagent pour trois ans à financer cet accompagnement qui coûte plus cher que le logement. « Mais ça ne suffit pas. L’ambition de l’association est d’aller au-delà, de générer un changement de vie auprès de ces personnes, de les aider à croire en un autre avenir pour elles-mêmes. »

« Toit à moi » n’est pas juste une idée généreuse. C’est d’abord la création d’un modèle économique qui fonctionne. « Il faut être imaginatif. Ca demande évidemment plus de moyens. Mais, sur le long terme, c’est certainement plus efficace. Les personnes vont normalement quitter la rue pour un projet dont elles ont envie. »

« Toit à moi » travaille actuellement pour s’élargir à Toulouse et en Seine-et-Marne.

A lire également : Inauguration de la première maison Simon de Cyrène Anjou

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !