Laurent De Cherisey : Rendre la personne handicapée sujet de vie

Laurent de Cherisey est un entrepreneur hors-normes, à l’image de son projet. Avec l’association Simon de Cyrène, il crée des lieux de vie et d’humanité pour des personnes cérébro-lésées adultes. Des habitations de partage, débarrassées des critères de performance qui envahissent notre société.

La vie de Laurent de Cherisey est marquée par l’accident qu’a subi sa sœur, Cécile, en 1983. Après sept mois de coma, elle se réveille. Mais que signifie être vivant ? Est-ce simplement l’assurance que les fonctions vitales sont maintenues ? Sa mère crée alors l’association Loisirs et Progrès dont l’objectif est de redonner goût à la vie aux personnes handicapées, mais aussi de soutenir leur famille.

De son côté, Laurent De Cherisey cogite. Il a déjà créé deux entreprises, dont une en marketing conseil. Il est parfaitement intégré dans le monde économique et pourtant, avec sa femme, il nourrit l’espoir de montrer à ses enfants que  « le monde peut être ce que nous choisissons qu’il devienne ». Toute la famille se lance dans un périple autour du monde qu’illuminent des rencontres avec des entrepreneurs sociaux courageux et créatifs.

En vidéo : alors c’est quoi, le projet « Simon de Cyrène » ?

A son retour, le couple produit des reportages et édite un livre sur ces Passeurs d’espoir. Laurent De Cherisey s’attelle quant à lui à construire un projet de « vivre ensemble » pour les personnes handicapées dont beaucoup sont vouées à une solitude totale. On est en 2005 et le nouvel entrepreneur social pense que c’est une affaire de deux ans. Aujourd’hui, il préfère en sourire tant ce projet – aussi beau qu’utopique – sera semé d’obstacles matériels et  administratifs!

La loi de février 2005 affirme que la personne handicapée doit pouvoir choisir son projet de vie. En s’appuyant sur ce texte, Laurent De Cherisey cherche à acheter des locaux, au cœur même des villes, pour que chaque personne soit chez elle, locataire d’un studio confortable, au sein d’une grande maison partagée par toute une communauté développant une relation d’amitié dans la gratuité. Ce sera le prieuré Sainte-Bathilde de Vanves : 4000 m2 de terrain aux portes de Paris cédés par les sœurs bénédictines. Mais aussi le Var, Angers ou Nantes.

Parmi les résidents, des assistants salariés et des volontaires du service civil prennent part à la vie communautaire. Cette conception nouvelle de l’habitat, libre et indépendante, répond directement à une des plus grandes souffrances rencontrées par les personnes handicapées et qu’exprimait François, un adhérent de longue date de l’association
: « Tous les gens qui viennent me voir sont payés ».

Laurent de Cherisey est persuadé que le sens de la vie se construit dans la relation à l’autre. Est-ce qu’il ne faut pas accepter l’idée, la réalité, que notre condition humaine, c’est la fragilité ? « C’est de la fragilité que je peux oser faire ce saut de confiance : Je peux entrer en relation avec toi parce que je sais que tu ne vas pas abuser de ma fragilité, et je ne vais pas abuser de la tienne. C’est de cette confiance réciproque que va naître cette audace de l’altérité, ce jaillissement de vie. »

A lire (sur du vrai papier) pour en savoir plus : Le grain de sable et la perle, de Laurent de Cherisey, Presses de la renaissance

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !